BILAN : 6 mois que je suis blogueuse à temps plein

BILAN : 6 mois que je suis blogueuse à temps plein

On se retrouve aujourd’hui avec un article que vous êtes nombreux à m’avoir demandé : mon premier bilan, après 6 mois en tant que blogueuse à temps plein. Je vous avais déjà fait un premier article (et une première vidéo) où je vous emmenais une journée dans ma vie de blogueuse (à relire ici). Et il semblerait que vous appréciez beaucoup cet envers du décor, cet immersion dans les backstages du blog. Du coup, je vous ai demandé sur Instagram de me poser toutes les questions qui pouvaient vous passer par la tête sur le métier de blogueuse, sur ce milieu en général. Et je tenais vraiment à vous remercier parce que vous avez été très nombreux à jouer le jeu et à m’envoyer toutes vos questions. Alors je vais essayer d’être la plus claire possible, de répondre à toutes vos interrogations, et surtout de vous parler de tout ça en toute transparence, avec les bons comme les mauvais côtés.


LE LANCEMENT & LE MONDE DU BLOGGING


 « Comment est-ce que tu t’es lancée ? Quand est-ce que tu t’es dit que c’était le bon moment ? A partir de combien d’abonnés / de vues mensuelles as-tu décidé de te lancer ? Comment as-tu quitter ton ancien travail ? »

Pour vous retracer un petit peu la chronologie, j’ai terminé mes études en juin 2017 après 2 années en alternance dans une grosse structure, diplômée d’un master 2 en « digital marketing & project development ». A partir de mai, j’ai commencé à éplucher les différents sites d’annonces d’emploi. Je cherchais un poste dans la communication, et plus précisément dans la communication digitale. Je me suis assez naturellement tournée vers les start ups et PME, où j’avais bon espoir de davantage m’épanouir que dans la grosse structure que je quittais et qui ne me correspondait plus. En juin, j’ai passé 2 ou 3 entretiens, mais qui n’ont pas abouti. A ce moment-là, je m’épanouissais de plus en plus sur le blog, et j’avais de plus en plus de partenariats avec des marques qui me plaisaient beaucoup.

En août, l’idée de me lancer et de tenter l’aventure du blogging à temps plein me trottait de plus en plus dans la tête. J’en avais envie, très envie même, mais j’avais un peu la trouille. Et surtout, j’avais peur de dire à mes parents : « maman, papa, en fait, j’arrête de chercher un job, je me lance sur le blog à temps plein ». Mais, après en avoir longuement parlé avec Julian, je me suis dit que c’était maintenant ou jamais. Pas d’enfants, pas de crédits sur le dos, et surtout une folle envie de tenter cette aventure ! Et, mes parents m’ont complètement soutenu dans cette aventure. Certes, un CDI aurait été sans doute plus rassurant, mais ils étaient derrière moi, et ça c’était indispensable pour me lancer plus sereinement.

Du coup, début septembre, je m’étais décidé, j’allais me lancer à mon compte, et j’ai commencé à faire toutes les démarches administratives nécessaires. Je ne me suis pas vraiment basé sur un nombre d’abonnés sur Instagram ou de vues mensuelles sur le blog, mais davantage sur ce qui se présentait à moi comme opportunités sur le moment. J’avais des projets en cours, des marques qui voulaient travailler avec moi, qui était prêtes à me rémunérer pour mon travail. Alors, je me suis dit qu’il fallait que je me lance, que j’essaye, que je travaille dur pour y arriver, même si je ne savais pas réellement si ça allait marcher ou pas, si j’allais réussir à vivre de ma passion ou non. En tout cas, une chose était sûre, si je ne m’étais pas lancée, si je n’avais pas tenté l’expérience, je l’aurai regretté !

« Comment as-tu réussi à te faire connaitre ? Comment sortir du lot ? As-tu réussi à tisser de réelles amitiés ?»

Je n’ai pas vraiment de réponses pour les premières questions. Je ne pense d’ailleurs pas qu’il y ait de solution miracle, ni de techniques particulières. Ce serait trop facile. Une chose est sûre, il faut se lancer pour les bonnes raisons, pour l’envie de partager, d’échanger et d’inspirer, mais sûrement pas pour gagner beaucoup d’argent et recevoir des produits gratuitement. Je pense sincèrement que la passion doit être le moteur de tout ça. Je me suis lancée uniquement avec l’envie de partager, et surtout parce que j’adorais écrire, raconter ces petites brèves de ma vie, et les documenter en photos (et sans oser imaginer une seule seconde, qu’un jour, ce serait mon métier !).

A la passion s’ajoute aussi beaucoup de travail. Derrière une jolie photo sur Instagram, ou derrière un article sur le blog, il y a des heures de travail : de la réflexion, des recherches d’inspiration, de la mise en scène, des photos en intérieur ou en extérieur, des retouches, de l’écriture, de la mise en page, etc. Mais ça, je suis sûre que vous le savez, que vous vous en rendez compte. Il y a certaines photos qui seront prises sur le vif, et qui seront très bien en 5 minutes, il y en aura d’autres, plus travaillées, qui nécessiteront plusieurs heures. Il en va de même pour les articles, certains sont rapides à rédiger, comme les « En bref et en images » qui sont des petits instants du quotidien, et d’autres me prennent beaucoup plus de temps (comme celui que vous êtes en train de lire par exemple !).

Aussi, je voulais insister sur le fait, qu’il n’est pas forcément obligatoire d’être une blogueuse à 100K sur Instagram pour « réussir ». J’en reparlerai d’ailleurs dans la partie rémunération un peu plus bas. C’est sûr qu’elles demanderont plus d’argent pour une photo Instagram ou pour un article de blog, qu’elles auront plus de visibilité et donc plus d’opportunités, mais il est aussi tout à fait possible de se lancer avant beaucoup moins, et de s’en sortir. La preuve !

Et enfin, je pense que dans ce milieu, il est important d’être bien entouré, et de ne pas vouloir à tout prix faire son bout de chemin tout seul. Je ne vois pas du tout les autres blogueurs comme des concurrents, bien au contraire. Je sais que c’est un univers où tout n’est pas tout rose et où la jalousie et la sournoiserie sont belle et bien présentes. Cependant, ce n’est pas du tout ma façon de penser. Je suis parfois un peu naïve certes, mais j’aime toujours voir le bon côté des gens. Et j’ai d’ailleurs réussi à tisser de bien jolies amitiés grâce au blog, et rien que pour ça, je suis heureuse de m’être lancée dans cette aventure.


L’ADMINISTRATIF


« Tu es considérée comme autoentrepreneur ? Penses-tu crée ta société ou pas pour le moment ? Tu gères ta compta toi-même ? Comment cela se passe pour la retraite ? »

Alors, déjà, je tiens à vous préciser que j’ai toujours détester tout ce qui est administratif. Donc me lancer à mon compte était un véritable challenge pour moi, car il faut se créer un statut, gérer des devis, des factures, déclarer son chiffre d’affaires, etc. Pour l’instant, je suis déclarée en tant qu’autoentrepreneur, qui s’appelle d’ailleurs microentrepeneur maintenant (c’est le statut minimum nécessaire pour pouvoir facturer légalement). C’est assez facile à créer, et les charges sont plus faibles qu’avec une SARL. Concernant la comptabilité, je la gère toute seule. C’était quelque chose qui me faisait assez peur, car c’est une matière que je détestais à l’école (les bilans, les comptes de résultat, ce n’est clairement pas mon dada !).  Mais, finalement, avec ce statut, ce n’est pas si compliqué. Le premier mois, j’ai pris beaucoup de temps à tout comprendre, et maintenant ça va mieux.

Si j’arrive à progresser dans le bon sens, et au-delà du plafond de chiffre d’affaires qu’impose le statut de microentrepeneur, j’aimerais, à terme, enregistrer Sophie’s moods en tant qu’une SARL. Bien que cela engendre des charges en plus, et une plus grande pression, cela me permettrait de me projeter un peu plus, d’avoir un peu plus de sécurité et un statut plus « stable ». Mais, ce n’est pas encore pour tout de suite, je vais attendre d’avoir un peu plus de recul pour tout ça.


LA REMUNERATION


« Comment es-tu rémunéré et combien avec quel type de partenariats ? Peux-tu te verser un salaire ? Quels sont tes couts ? Que touches-tu ensuite pour toi ? En tant que blogueuse arrive-t-on à vivre convenablement sans être une blogueuse super célèbre ? Arrives-tu à dire non à des sollicitations commerciales ? »

C’est concernant la rémunération que j’ai eu le plus de questions de votre part. Et je vous comprends très bien, car moi aussi je suis curieuse. C’est vrai qu’on sait plus ou moins ce que gagne un dentiste, un professeur des écoles ou un électricien, mais dès qu’il s’agit des nouvelles professions comme celle-ci, il y a très peu d’informations, et on a presque l’impression que l’argent est tabou dans ce milieu.  Attention, par contre, étant donné qu’il n’y a pas de grille de tarifs, chaque blogueur est libre de chiffrer ces prestations comme bon lui semble. Il y a cependant plusieurs paramètres à prendre en compte lors de la détermination d’un tarif. Tout d’abord, le temps que cela va nécessiter, la charge de travail et le matériel nécessaire. Mais aussi, l’influence, qui a une valeur, comme vous pouvez vous en douter. C’est là que l’on regarde le nombre d’abonnés et le taux d’engagement sur les différents réseaux sociaux, le nombre de vues mensuelles sur le blog, le taux d’interaction ou de rebond. Et ce sont tous ces indicateurs qui m’ont permis de déterminer à peu près mon taux horaire.


1. LES PARTENARIATS

Concernant mes sources de rémunération, elles sont multiples. Il y a tout d’abord les partenariats. Pour cela, une marque me contacte pour mettre en avant un produit ou un service, sur mon blog ou sur Instagram en échange d’une rémunération. Attention, à ne pas faire d’amalgame, toutes les dotations produits sont loin d’être toutes suivies d’une rémunération. En effet, la plupart du temps, je reçois des produits gratuitement, sans aucune contrepartie financière. Et même si c’est très chouette, et que je suis vraiment très gâtée, vous comprendrez aisément que je ne puisse pas payer mon loyer en rouge à lèvres. Les partenariats sont donc essentiels pour moi, et je ne m’en cache pas du tout. Je suis au contraire toujours très fière de chacune des marques avec lesquelles je travaille.

Concrètement, comment ça se passe ? En premier lieu, la marque me contacte par e-mail en me proposant un projet. Si ce dernier me plait, colle à ma ligne éditoriale et à ce dont j’ai envie de parler par ici, je leur propose un devis en fonction de leurs exigences (nombre de photos sur Instagram, nombre de mots et de photos sur le blog, insertion de mots clefs ou de lien, …). Il faut savoir que je reçois de nombreuses propositions qui pourraient être intéressantes pour moi au niveau financier, mais qui ne collent pas à mon univers, ou qui ne m’inspirent pas. Je porte justement une attention particulière à la sélection de ces propositions, pour vous proposer uniquement des marques avec lesquelles je suis heureuse de travailler, et qui me correspondent (et donc vous correspondent). Je privilégierais toujours l’honnêteté et la transparence, à un partenariat caché uniquement pour l’argent. Ensuite, une fois le devis accepté (et/ou négocié) par la marque, c’est à moi de faire mon travail, parfois de leur faire valider puis de le publier.

Concernant mes tarifs, comme je le disais plus haut, ils ne sont pas fixes, cela dépendra du projet, du temps qu’il va me demander, mais aussi des exigences de la marque. Mais en moyenne, je demande 200/250 € pour une photo Instagram et environ 600 € pour un article sur mon blog. Sachant que, comme je vous le disais dans le paragraphe administratif, j’ai tout de suite 23% de charges. Donc quand je facture 600€ à un client, cela ne représentera au final « que » 462€ pour moi (sans compter les différentes charges qui s’ajoutent par la suite !). Ces tarifs sont amenés à évoluer au fur et à mesure du temps, vu que vous êtes de plus en plus nombreux à lire mon blog par exemple.


2. L’AFFILIATION

Ensuite, je suis aussi rémunérée par l’affiliation. C’est une commission que je touche quand vous achetez un produit en ayant cliqué sur un de mes liens, sur le blog ou en Instastories par exemple. Cette commission varie en fonction des marques (et d’ailleurs toutes les marques ne proposent pas se système), et peut aller de 5 à 15%. Je passe personnellement par la plateforme Reward Style, qui est très complète et facile à utiliser, mais il y a aussi d’autres plateformes comme Trade Doubler par exemple. Et désormais, pour encore plus de transparence, dès que je vous propose un lien affilié, je vous le mentionne directement. C’est un revenu qui est non négligeable pour moi puisqu’il me permet de gagner 200 à 300 € par mois.


3. ACTIVITÉS AUTRES

Et enfin, pour compléter mes revenus, je suis aussi community manager en freelance. Je travaille donc en marque blanche sur ce projet, c’est-à-dire que je ne travaille pas au nom de Sophie’s moods mais de façon « anonyme ». Je m’occupe des réseaux sociaux, Instagram, Facebook et Twitter de la marque. Cela me permet de m’assurer un complément de revenus fixe tous les mois. Et en plus, pour ce projet, je travaille avec une marque (et des équipes) que j’adore, donc je prends beaucoup de plaisir à le faire !


4. LES COÛTS

Concernant mes coûts, il y a tout d’abord tous les coûts fixes, qui sont minimes pour moi pour l’instant, comme le nom de domaine et l’hébergement, qui représentent environ 25€ par mois. Puis, il y a les coûts variables, que ce soit le photographe, le webdesigner, ou les achats ponctuels que je fais pour mes différents shootings (fleurs, décoration, fond photos, etc.). Et enfin, il y a les investissements, tout le côté matériel : ordinateur, appareil photo, trépied, micro, etc. Ce sont des investissements que j’avais commencé à faire avant même que le blog devienne professionnel, car j’ai toujours eu envie de proposer un contenu de qualité, avec de jolies photos par exemple. Ces dépenses n’arrivent pas tous les mois, mais c’est souvent des grosses dépenses. Par exemple, en octobre dernier, on a investi dans un nouvel appareil photo, et deux nouveaux objectifs, ce qui nous a coûté presque 2 000 €. Et pour l’instant, je n’ai pas encore assez de recul pour pouvoir vous dire quel part de mon chiffre d’affaires est alloué à ces différents coûts, mais sur le plus long terme, je pense qu’il serait bien que ça ne dépasse pas 20% de mon chiffre d’affaires.


5. BILAN

Si on résume un peu tout ça, et si je fais une moyenne de ces six premiers mois, j’ai un chiffre d’affaires d’un peu moins de 3000 € par mois (grâce à un gros mois de décembre qui m’a beaucoup aidé !), ce qui fait que je finis à peu près à 2000 € par mois pour moi (avant impôts). C’est encore bien trop tôt pour faire un bilan, et pour en tirer des conclusions, mais je suis pour l’instant très heureuse et épanouie dans mon choix et je suis ravie de la tournure des événements. On se retrouve dans 6 mois pour voir comment tout cela a évolué ?


L’ORGANISATION


« T’autorises-tu des jours de congés ? Pourrais-tu nous dire ce que tu fais pendant une journée type, les différentes tâches, etc. ? Arrives-tu à couper le week-end ? »

Je dirai que c’est la partie la plus difficile à gérer. Déjà, je n’ai pas de patron qui m’impose d’arriver à 9h au travail le matin. Le bonheur me direz-vous, et je suis entièrement d’accord avec vous. Mais, cela m’impose d’être rigoureuse avec moi-même. Je n’ai pour l’instant pas de mal à l’être, car j’aime tellement ce que je fais, et que j’ai finalement pas vraiment l’impression de « travailler », au sens péjoratif du terme. Inversement, je n’ai pas non plus de patron qui à 19h va me dire de rentrer chez moi. J’ai encore beaucoup de mal à m’imposer des horaires fixes, et à ne pas travailler soir et week-end. Pour l’instant, ça me convient très bien comme ça, mais je suis bien consciente de travailler plus que si j’avais un boulot plus classique et normé dans une entreprise. Pour vous donner une idée, je pense que je travaille environ 60 heures par semaine sur le blog et sur mes activités de free-lance (sans compter les différents événements le soir). Si vous voulez en savoir un peu plus sur une journée type, j’avais fait un article (et une vidéo) à ce sujet, je vous laisse aller le lire ou le relire (ici).

Un autre point qui peut être un peu difficile à gérer, c’est le cas des réseaux sociaux et la limite que l’on s’impose. J’ai décidé d’exposer mon quotidien sur les réseaux sociaux, que ce soit pendant mes « journées de travail » mais aussi le soir, le week-end, pendant mes vacances. Je le fais par choix, et parce que j’aime ça, parce que j’aime partager quand je vais dans un joli endroit, quand je découvre un restaurant sympa ou simplement pour papoter avec vous. Mais, du coup, sans vraiment m’en rendre compte, je ne déconnecte jamais véritablement.  Donc, oui je profite de mes week-ends, oui je m’autorise des jours de congé, mais non, je ne coupe pas réellement. Quand nous sommes partis à Prague en week-end par exemple, j’ai pris des photos pour le blog, tourné un VLOG et partagé des photos sur Instagram. Peut-être qu’à force, j’aurais aussi besoin de vacances où je couperais complètement, sans téléphone et sans Instagram, mais pour l’instant, je n’en ressens pas le besoin et j’ai trouvé mon équilibre comme ça.

Voilà, j’ai essayé de répondre à toutes vos interrogations, de la façon la plus claire possible. Je sais que cet article est très long, alors merci à celles et ceux qui seront arrivés jusqu’ici. J’espère qu’il vous aura plu, que vous aurez appris des choses et que ça vous aura permis d’en savoir davantage sur ce milieu. Surtout, si vous avez la moindre question ou si je n’ai pas été claire sur un point, n’hésitez pas à me poser la question (en message privé ou ici en commentaires), je me ferais un plaisir d’y répondre. Et d’ailleurs, si d’autres articles « backstages » pourraient vous intéresser (sur mes retouches photos, sur mon organisation, sur mes conseils pour Instagram, etc.) n’hésitez pas à m’en faire part aussi. En tout cas, merci d’être de plus en plus nombreux à me lire, vous êtes les meilleurs ! ♥


Vous embarquez avec moi pour la suite de l’aventure ?


 

0
Suivre:
Partager:

24 Commentaires

  1. 20 juillet 2018 / 7 h 29 min

    Bonjour et merci pour cet article très intéressant et riche d’information. Je me suis lancé il y a quelques jours pour un blog en plus de mon activité d’auteure / youtubeuse, et j’adore ça. J’ai beaucoup aimé le fait que tu nous racontes tout, et comment tu expliques le fait que tu fais cela par passion, c’est important. Belle journée 😉

  2. 29 juin 2018 / 10 h 52 min

    Merci pour ta transparence ! Ce n’est pas évident de trouver des infos complètes sur le métier de blogueuse (comment se lancer, la rémunération, etc), alors merci 🙂 J’y pense moi aussi de plus en plus car c’est frustrant de ne pas pouvoir accepter toutes les propositions quand on n’a pas le statut. Belle continuation à toi 🙂

  3. 2 mai 2018 / 11 h 09 min

    Un article très intéressant, tu mérite ce que tu fais et tu me donnes envie ! Mon blog n’est pas encore assez “développé” pour cela mais pourquoi pas au futur…
    J’étais captivée par ton article franchement il est très bien écrit ! Bravo

  4. 28 mars 2018 / 19 h 56 min

    Génial cet article ! J’apprécie beaucoup ta transparence !

    Par qui es-tu passé pour créer ton blog ? Est-ce que tu l’as fait toi-même ou est-ce que tu es passé par une autre personne ?

    PS : Je ne veux pas faire mon enquiquineuse mais tu as pas mal de coquilles dans ton article. 😉

  5. LEDUC
    18 mars 2018 / 14 h 53 min

    Hello Sophie ! Ton article est très intéressant, bravo pour les détails et la transparence 🙂
    Je t’ai découverte il y a peu et je trouve ton travail très qualitatif, tu sembles aussi être une personne honnête, très impliquée et passionnée par ce que tu fais, ça fait plaisir à voir ! Et j’aime beaucoup ton univers, continue comme ça !
    Célia

  6. 16 mars 2018 / 10 h 51 min

    Hello, je débute pour ma part mon activité de blogueuse (bien sûr par à temps plein) et je suis scotchée par ton aventure et le courage que tu as eu en tant que jeune diplômée pour te lancer à ton compte la dedans. Je pense qu’avec ton domaine d’étude tu es certainement beaucoup plus à l’aise avec ce milieu que moi qui débute lol mais en tout cas BRAVO!! félicitations pour cette activité que tu gère comme 1 chef (d’entreprise heyhey). Tes proches peuvent être vraiment fiers de toi !

  7. 15 mars 2018 / 18 h 10 min

    ton article est très intéressant ça fait plaisir et rever de voir des gens réussir dans un métier passion. je te souhaite que cela dure le plus longtemps possible et que tu continuera à t’epanouir dans cette voie.

  8. 13 mars 2018 / 19 h 06 min

    Super article Sophie 🙂 Merci pour toutes ces explications et ta transparence, c’est très intéressant et instructif !
    Et bravo pour tout ton travail, tu as fait le bon choix 🙂
    Bisous,
    Aurélie

  9. __amande__h
    12 mars 2018 / 9 h 12 min

    Merci Sophie pour cet article et cette honnêteté. C’est vrai que c’est un sujet tabou alors que ça ne devrait pas … je pense qu’on ne se rend pas souvent compte du temps que ça prend de tenir un blog et de vivre de ça. En tout cas c’est toujours un réel plaisir de lire tes articles et de suivre tes collaborations et ton évolution dans ton univers ! Chaque lundi matin c’est mon petit rituel de venir lire les articles de la semaine alors bravo et continue c’est top top !!
    Bonne semaine. 🙂

  10. 11 mars 2018 / 23 h 32 min

    J’ai trouvé ton article vraiment très intéressant à lire Sophie, et j’applaudis ton degré de transparence, surtout pour n’avoir pas été frileuse des chiffres, c’est suffisamment rare pour être souligné.
    En tout cas je te souhaite de t’épanouir et grandir encore longtemps dans cette voie, c’est toujours très agréable de te suivre dans cette aventure. 🙂

  11. 11 mars 2018 / 17 h 23 min

    Hello, merci pour ton article qui semble très honnête. Tes journées doivent être passionnantes,ça donne envie de se lancer ! 🙂

  12. 11 mars 2018 / 16 h 21 min

    Coucou !

    Mercinbeaucoup pour cet article très intéressant et honnête !

    A bientôt !

    Laeti

  13. 11 mars 2018 / 11 h 38 min

    Hey Sophie !
    Ton article est très complet et j’en apprends davantage sur toi j’adore ! Merci d’avoir répondu à ma question ça fait du bien d’en savoir plus sur ce domaine et tu as été très transparente merci. Une dernière question me turlupine quant au caractère aléatoire du métier de blogueuse. J’entends par là que j’imagine que chaque mois est différent et qu’il y a des mois où moins des marques collaborent avec toi (voire peut-être pas du tout) et d’autres mois où tu dois être submergée (comme le mois de décembre d’après ce que j’ai pu lire). Du coup cela doit nécessiter une organisation de folie non? Comment fait-on dans ces cas-là?

    Enfin je rejoins ce qui a été dit en commentaire plus haut; je suis ravie de voir que l’on peut en faire son métier sans avoir 100k ça rassure et donne de l’espoir.

    Merci pour cet article,

    Camille

  14. 10 mars 2018 / 14 h 34 min

    Bravo pour cet article ma belle ! Tu parles de tout en détail, très bien rédigé et construit, et tu réponds aux questions sans tabou et en toute transparence 🙂
    J’ai adoré et vraiment bravo pour ton travail c’est impressionnant !

    Bisous et passe un très bon week end,
    Marine.

  15. 10 mars 2018 / 13 h 56 min

    Bien sûr que je continue de te suivre dans tes aventures. J’aime beaucoup ce que tu fais Sophie.
    Merci pour ce bel article, pleins de sincérité et de transparence. Je te souhaite que de la réussite pour la suite.

    Bises,
    Clémence
    http://www.lyonnaisementvotre.com

  16. Soizic
    10 mars 2018 / 11 h 50 min

    Très chouette article, j’ai beaucoup aimé ta transparence sur ce métier.
    Bravo pour ton travail et continue ainsi, j’aime beaucoup te lire !
    Bisous.
    Soizic

  17. 10 mars 2018 / 10 h 42 min

    Cet article est super intéressant, j’ai appris beaucoup de chose, surtout sur le salaire ( c’est une partie ou on a jamais beaucoup d’infos ! )
    Gros bisous

  18. 10 mars 2018 / 10 h 05 min

    Hello
    Merci pour ton honnêteté et ta transparence dans cet article.
    XoXo

  19. 9 mars 2018 / 23 h 24 min

    Un très bel article Sophie, tout est expliqué avec beaucoup de transparence. C’est courageux et méritant. Une belle suite pour toi … Armelle

  20. 9 mars 2018 / 22 h 01 min

    Hello Sophie !
    Je tiens à te remercier pour ta transparence dans cet article ! Tu es une des premières blogueuses que je lis qui parle librement de tout ce qu’englobe le métier de blogueuse pro ! J’ai lu ton article jusqu’au bout et c’était vraiment très clair, complet et super agréable à lire 🙂

    Bisous bisous ♡

  21. 9 mars 2018 / 20 h 24 min

    Merci pour cet article et d’avoir abordé courageusement la question de la rémunération. Je suis entrepreneure moi aussi et je me rends compte combien ces questions sont perçues comme tabous… Pourtant c’est un moyen, pas une fin 🙂 Bon courage pour la suite !

  22. 9 mars 2018 / 18 h 35 min

    Merci pour cet article et pour ta transparence ! C’est vrai qu’on ne se rend pas toujours compte. Et puis on a souvent l’impression qu’il faut être une blogueuse à 100k abonnés Instagram pour pouvoir faire du blog et des activités annexes, son métier.
    Je termine mes études fin juin et mon stage de fin d’études fin décembre et même si ça me paraît totalement improbable, je me prends à rêver de faire du blog mon métier (un jour). Alors merci. Merci pour tes mots réalistes mais rassurants ou rassurants mais réalistes, je ne sais pas trop
    Des gros bisous jolie Sophie et continue comme ça, c’est un bonheur de te suivre au quotidien ! ❤️

  23. sorbetnuage
    9 mars 2018 / 18 h 01 min

    Merci beaucoup pour cet article super complet, très intéressant et d’une transparence inédite !

  24. 9 mars 2018 / 17 h 10 min

    Merci beaucoup pour cet article, sans aucun tabous, qui nous permet d’y voir plus clair sur ce métier passionnant. Moi même blogueuse depuis 1 an (mais pas en pro), cela m’a beaucoup aidé et me donne encore plus envie de me lancer à fond pour peut-être arriver au même point que toi à termes !
    En tout cas bravo pour ton travail, continue comme ça !
    Amandine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.