Et si on essayait d’être plus heureux ?

Et si on essayait d’être plus heureux ?

Que vous habitiez au Danemark, au Mexique, en Inde ou en France, vous cherchez probablement à être heureux dans votre vie, vous cherchez à tendre vers ce fameux bonheur (lykke est le mot danois pour bonheur). Les pays scandinaves sont bien connus pour être parmi les pays les plus heureux du monde, et le Danemark arrive régulièrement en première place. Cela ne veut pas dire que c’est une société parfaite, mais que tout est fait pour que les danois bénéficient d’une qualité de vie et d’un niveau de bonheur relativement hauts. Et dans ce Livre du Lykke, Meik Wiking nous donne des pistes de réflexion à travers différents facteurs (l’argent, la santé, la liberté, la confiance, la bonté), et est parti chercher les secrets des gens les plus heureux de la planète.


Facteur n°1 : être ensemble


Il semblerait que les personnes les plus heureuses aient un fort sens de la communauté. Meik Wiking prend justement l’exemple des français et de leurs rituels autour de la table. Pour nous, il semble assez naturel de prendre le temps de déjeuner avec des amis ou collègues le midi, et de dîner en famille le soir. Nous sommes d’ailleurs parmi ceux qui passent le plus de temps à table chaque jour. Et ces moments de partages sont favorables au bonheur !

Il prend aussi l’exemple des bofoellesskaber, ces maisons communautaires au Danemark. Elles sont conçues pour combiner vie privée et vie ensemble. Les maisons individuelles, avec toutes les commodités traditionnelles, sont rassemblées autour d’un espace partagé, un jardin, une cuisine et une salle à manger communes. Les familles vivent séparément et pourtant ensemble. Le nombre de bofoellesskaber a augmenté de 20% ces six dernières années au Danemark, et commencent à se répandre au Canada, en Australie et au Japon. Meik Wiking nous donne d’ailleurs des petites idées pour développer une communauté au sein de notre immeuble / quartier. Il suffit de créer un annuaire de vos voisins, installer une boîte à livres, construire un jardin partagé, lister et partager ses outils, …


Facteur n°2 : l’argent


Meik Wiking explique qu’il y a bien une corrélation entre revenus et bonheur. Globalement, dans les pays les plus riches, les gens sont plus heureux. Cependant, il est important de souligner que c’est plus probablement le fait que le manque d’argent est une cause de malheur. Car quand l’argent permet d’acheter à manger ou d’avoir un toit sur la tête, il a le pouvoir de transformer la misère en bonheur. Cependant, une fois ce stade de première nécessité dépassé, la corrélation n’est plus totalement évidente. En effet, plus nous possédons une chose, moins elle nous rend heureux. Sans nous en rendre compte, nous nous adaptons sans cesse à de nouveaux niveaux de richesse, c’est l’adaptation hédonique. Et logiquement, nous en voulons toujours plus.

Il nous conseille donc d’essayer de séparer bien-être et richesse. Par exemple, il est préférable de privilégier l’achat d’expériences, surtout si elles se vivent à plusieurs, plutôt que d’objets. Il faut considérer les expériences comme un investissement dans des souvenir heureux et un véritable épanouissement. Personnellement, c’est quelque chose qui me parle. Même si j’apprécie m’offrir un beau vêtement, je prendrai davantage de plaisir à utiliser mon argent pour voyager. La preuve, on s’envole pour une nouvelle destination la semaine prochaine. Suivez-moi sur Instagram pour ne rien manquer !


Facteur n°3 : la santé


Je ne vous apprends rien en vous disant que santé et bonheur sont liés. C’est d’ailleurs pour cela que c’est souvent ce que l’on souhaite lors des vœux de la nouvelle année : « et surtout une bonne santé ! ». On remarque indéniablement que les pays les plus heureux ont un accès à la santé facilité. Dans les pays nordiques par exemple, tout le monde bénéficie de soins de santé gratuits. Et cette sécurité constitue une base solide pour de hauts niveaux de bonheur.

Au-delà de l’accès médical, se maintenir en forme est une question de tous les jours. Aller au travail en vélo, privilégier les escaliers, descendre du métro une station avant, … Il suffit de prendre ses petites habitudes, pour apprendre à bouger un peu plus chaque jour. Et des études montrent d’ailleurs que la marche et le vélo nous mettent de meilleure humeur que la voiture par exemple. Les pays du Nord comme le Danemark ou les Pays-Bas par exemple sont particulièrement bons élèves. Par exemple, 9 danois sur 10 possèdent un vélo. Et à Copenhague, 63% de ceux qui y vivent et y travaillent se déplacent en vélo quotidiennement.


Facteur n°4 : la liberté


Meik Wiking insiste sur un indice de liberté humaine qui est souvent oublié : le temps. En effet, nous avons tous 168 heures par semaine. Et pourtant, nous avons des niveaux de liberté très différents quand il s’agit de la manière dont on va pouvoir profiter de ce temps (au travail, en famille et dans les transports). Et il semblerait que les gens les plus heureux soient ceux qui réussissent à trouver le parfait équilibre entre vie professionnelle et vie privée. D’ailleurs, en parlant de vie professionnelle, il insiste sur le fait qu’il est indispensable de faire un travail qui nous plait, et qu’il ne faut pas s’intéresser aux gains potentiels mais à la satisfaction qu’il est possible d’en tirer. Je ne peux qu’approuver tout ça. J’ai beaucoup hésité à me lancer à mon compte, et finalement, je suis plus épanouie que jamais. Je fais quelque chose qui me plait. Certes, je travaille beaucoup mais je ne me suis jamais sentie aussi libre et heureuse !


Facteur n°5 : la confiance


Le Reader’s Digest, a réalisé une expérience en 2013, celle du “portefeuille perdu”. Ils ont “laissé tomber” 12 portefeuilles (contenant, un nom, un numéro de téléphone, une photo de famille, des bons de réduction, des cartes de visites et l’équivalent de 40€ en devise nationale) dans 16 villes. Et sur 12 portefeuilles, 11 ont été rapporté à Helsinki, 9 à Bombay, 8 à New York, 6 à Berlin, 5 à Londres, 4 à Rio de Janeiro, 3 à Prague, 2 à Madrid et seulement 1 à Lisbonne. Or, les pays où la confiance est grande ont davantage de chance d’être heureux. C’est d’ailleurs un des points qui m’avait le plus surprise lors de nos voyages en Suède et au Danemark. Le niveau de confiance y est vraiment très élevé. Il n’y a pas d’antivols ni dans les magasins, ni sur les vélos dans la rue. Alors, qu’en France, à Paris en tout cas, il est totalement impensable de laisser son vélo sans antivol dans la rue. Il ne tiendrait même pas 10 minutes.


Facteur n°6 : la bonté


Enfin, Meik Wiking explique que trouver des moyens d’apporter du bonheur aux autres grâce à des actes de bonté permet en partie d’augmenter son bonheur personnel. Et il propose d’ailleurs cinq petits actes de bonté à faire cette semaine. Je vais les partager avec vous. Laisser un cadeau sur le pas de la porte de quelqu’un. Apprendre le prénom de la personne à l’accueil, ou d’une personne croisée tous les jours et la saluer en disant son prénom. Préparer deux déjeuners et en offrir un. Parler avec une personne timide qui est dans son coin à une fête ou au bureau. Faire un compliment sincère à quelqu’un.

C’est ce qu’il appelle l’euphorie de l’aidant : se sentir bien en faisant le bien. D’ailleurs, selon le Rapport mondial sur le bonheur de 2012, une société ne peut être heureuse à moins qu’il y ait un haut degré d’altruisme parmi ses membres. Et il suffit parfois d’un simple sourire pour égayer la journée de celui qui le reçoit !

 

_______________

Et vous, avez-vous le sentiment d’être heureux ?

Et qu’est-ce qui vous permettrait de l’être davantage ?

________________

Suivre:
Partager:

8 Commentaires

  1. Lauriane
    13 février 2018 / 23 h 20 min

    Et bien voilà… adjugé vendu ! La prochaine fois que je me rends dans une librairie, j’achète ce livre. Il a l’air en parfait adéquation avec mon état d’esprit du moment, qui vise à être plus heureuse par plus de positif dans ma vie. Et il se trouve effectivement partout quand on a décidé de le voir… surtout dans les petites choses que nous offre la vie.

  2. 13 février 2018 / 21 h 05 min

    Jusque là, je n’étais pas si heureuse que ça ! Mais je ne m’en étais pas rendu compte. Jusqu’à ce que je m’attarde sur les petits détails du quotidien et que j’essaye d’être plus positive. J’ai l’impression d’être entrée dans une nouvelle vie. Ce qui pourrait me rendre bien plus heureuse : voyager plus ! ✈

  3. 9 février 2018 / 14 h 37 min

    hello ma belle
    article très intéressant ! on a tant à apprendre des autres :p
    moi j’ai retrouvé de l’apaisement dans la méditation et je suis en accord avec tout ce que tu dis 😉
    bisouus!

  4. 7 février 2018 / 14 h 56 min

    Coucou
    Superbe article et qui me rassure, je suis pas trop mal…..;-)
    Plus on vieillis plus on aspire à être heureux et le bonheur tient souvent à peu de chose que la vie nous offre souvent : regarder un soleil qui se couche même en ville, écouter les feuilles des arbres sous le vent, admirer des papillons ou la neige qui tombe etc…..c’est plus simple qu’on ne le pense au final.
    Merci à toi
    Bises

  5. Clotilde
    7 février 2018 / 8 h 57 min

    Merci beaucoup pour ce super article qui va m’aider, je le sens, à passer une meilleure journée et à faire plus attention aux autres, aux choses. J’ai bien envie d’essayer d’être plus heureuse et j’ai l’impression que cela n’est pas si difficile. Bonne journée Sophie 🙂

  6. mounie
    6 février 2018 / 20 h 50 min

    oui plein de bonnes choses a mettre en application. et c’est vrai qu’un sourire apporte à celui qui le donne et à celui qui le reçoit.
    alors sourions.

  7. 6 février 2018 / 18 h 34 min

    Bon dans l’ensemble je suis pas trop mal partie, il y a pas mal de choses à faire c’est certain ! Par contre pour la confiance j’ai du boulot :/

  8. 6 février 2018 / 18 h 12 min

    Je pense que tout ces points sont bons à appliquer, ce livre à l’air très intéressant en tous cas ! J’ai beaucoup aimé l’expérience du portefeuille !
    Gros bisous
    http://lilouuuu.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.