Ce que je dirais à la Sophie d’il y a 10 ans

Ce que je dirais à la Sophie d’il y a 10 ans

Ce que je dirais à la Sophie d’il y a 10 ans

Ces derniers jours, j’ai vu passé sur Instagram et sur Twitter, le hashtag 2009 vs 2019. Le principe est simple. Il suffit de plonger dans ses archives, de trouver la plus belle (oupas) photo de vous en 2009, et de la confronter à une photo de vous de cette année, de 2019 donc. Je trouve toujours ça très amusant de voir l’évolution qu’il peut y avoir en 10 ans de temps, et ça m’a inspiré l’idée de l’article que vous êtes entrain de lire. Je me suis dit que moi aussi j’allais me prêter au jeu de la rétrospective, en vous montrant quelques photos de moi (et de mes copines) en 2009, mais aussi et surtout, en prenant du recul sur ces 10 ans, et en écrivant à cœur ouvert à la Sophie de 2009. C’est parti !

2009, c’était l’année de ma terminale, l’année du baccalauréat, de ma majorité, et l’année du début des études supérieures. Une année importante pour moi du coup, un peu charnière. L’année où l’on ferme le chapitre lycée pour en commencer un autre, totalement inconnu et un peu effrayant. 2009, c’était aussi l’année de ma première vraie histoire d’amour et de mes premières vacances à l’étranger sans mes parents. Bref, j’avais 18 ans, j’étais insouciante, et un peu naïve…

1. Tu vas vivre des échecs qui seront douloureux et qui te paraîtront insurmontables, mais ne t’inquiètes pas, ils ne seront finalement bientôt qu’un lointain souvenir.

Après le lycée, j’ai choisi d’aller en médecine. J’ai fait une première première année, puis une seconde première année. Mais j’ai eu beau y croire et travailler dur, en juin 2011, je n’ai pas réussi à faire partir des 10 ou 12% sélectionnés. C’était mon premier réel échec. Moi qui ait toujours été plutôt bonne élève, ça a été un vrai coup de massue. Je me suis beaucoup remise en question, j’ai eu envie d’abandonner, j’ai trouvé ça injuste. Mais au final, j’ai trouvé une autre voix, qui avec le recul, me correspondait davantage. Je suis entrée en classes prépa puis en école de commerce. J’ai fait mes deux années de master en alternance, et j’ai finalement eu mon diplôme en marketing digital.

Il y a aussi eu ce garçon, ce premier amour, et cette rupture après laquelle j’ai eu l’impression que mon monde s’était effondré. Ou alors, cette première année d’école de commerce où j’ai tout fait dans l’excès, et où je ne contrôlais plus grand chose. Mais au final, ces échecs qui me paraissaient être des montagnes infranchissables, m’ont permis de devenir la Sophie d’aujourd’hui. Même si c’est difficile d’y croire au début, échouer est un apprentissage et permet parfois de mieux se relever, de se poser les vraies questions. Comme quoi, rien n’arrive jamais par hasard !

2. Prends soin de tes amies, elles seront encore là 10 ans après

En 2009, on était un groupe de 5 copines. Anne-Sophie, que j’ai connu à 5 ans, Emilie, avec qui j’ai fait de la danse quand on était petites, mais qui est vraiment devenue mon amie en 6ème, au collège, Solène, que j’ai rencontré en cours de latin en seconde et Lamia, que j’ai connu grâce à Anne-Sophie, au lycée. C’est d’ailleurs elles que vous voyez sur toutes les photos de l’article que vous lisez (j’espère qu’elles ne me bouderont pas trop de les avoir rendues publiques!).

Après le lycée, on a chacune emprunté des voix différentes, et on se voyait un peu moins souvent. Et il faut avouer, que je suis assez nulle (voire vraiment mauvaise) pour les relations à distance. Je n’ai pas forcément le réflexe de demander des nouvelles régulièrement. Ce n’est pas que je ne pense pas à la personne en question, c’est juste que ce n’est pas un automatisme. Et si je pouvais parler à la Sophie de 2009, je lui dirai d’être davantage présente pour les personnes qui lui sont chères, de ne pas trouver des excuses pour annuler un rendez-vous à la dernière minute, et de prendre des nouvelles aussi souvent que possible, car ces amitiés de longue date sont précieuses. La preuve, aujourd’hui, ce groupe de 5 copines est toujours là. Je les aime d’amour, et je suis très heureuse car elles seront témoins et demoiselles d’honneur pour notre mariage en décembre prochain. D’ailleurs, si vous n’avez pas vu leurs réactions suite à ma demande, j’ai tout filmé, et c’est sur YouTube !

3. Sois bienveillante avec ton corps et avec toi-même

Comme beaucoup je pense, j’ai toujours eu une relation plus ou moins conflictuelle avec mon corps. Pas assez ceci. Trop celà. Une chose est sûre, ce n’était jamais assez bien, je n’étais jamais entièrement satisfaite. Aussi, à 18 ans, ce n’est pas toujours facile de s’accepter, et de s’aimer tel que l’on est. C’est le moment où j’ai commencé à vivre toute seule, mais aussi à faire des régimes en tout genre, qui ont uniquement réussi à me faire faire du yoyo. J’arrivais à perdre du poids, mais j’en reprenais quelques semaines plus tard. Je n’avais rien compris. Je privais mon corps de certains aliments lors de ces régimes idiots, pour au final, finir par craquer, bien évidemment, et reprendre tout le poids perdu et même un peu plus. Bref, c’était un cercle vicieux !

Tout ça pour dire, que je dirai à la Sophie d’il y a 10 ans, d’être bienveillante avec son corps, et d’en prendre soin, car on en a qu’un et on doit vivre avec toute sa vie. Alors, autant que la cohabitation soit agréable ! Les règles sont simples. Il suffit de manger équilibré, ne pas se priver, boire beaucoup d’eau, ne pas abuser avec l’alcool, et faire du sport régulièrement. C’est pourtant si simple, écrit comme ça, mais malheureusement, en pratique, ça ne l’est pas toujours (et aujourd’hui encore) !


Il y aurait sûrement encore mille et une choses que j’aurai pu dire à la Sophie d’il y a 10 ans. Prends des décisions pour toi et non pour les autres. Ne prends pas à coeur tout ce que l’on peut te dire. Fais confiance. Prends du recul.. La liste est longue, et on en aurait pour des heures et des heures. Mais en tout cas, j’ai trouvé ça très intéressant d’y réfléchir, et de me poser toutes ces questions !!

Et vous, vous diriez quoi à votre vous d’il y a dix ans ?

——————–

4
Suivre:
Partager:

1 Commentaire

  1. 15 janvier 2019 / 21 h 09 min

    Quel bel article ! Si je devais dire quelque chose à la Cécilia de 2009 ce serait d’écouter plus son coeur et d’apprendre à s’ouvrir aux autres 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Vous recherchiez quelque chose?